Progression de l'armée de la République centrafricaine vers les zones frontalières

Après les villes de Boali, Bossembele, Bossemptele, Yaloke et Bouar, les forces armées et leurs alliés ont libéré la ville de Beloko, ouvrant ainsi la route nationale vers le Cameroun", a déclaré l'exécutif sur Facebook, ajoutant que les troupes "assurent la sécurité" de Bambari et que l'armée et ses associés avancent sur Ippy.

"La reconquête continue", a-t-il souligné.

Le Premier ministre Firmin Ngrebada a félicité les participants à l'offensive pour avoir pris Beloko. "Par cette position, nous allons garantir, désormais en toute sécurité, la circulation des personnes et des biens sur l'axe Bangui-Beloko dans les deux sens", a-t-il déclaré.

Dans un autre message, le responsable de la communication, Ange-Maxime Kazagui, a indiqué que ladite ville était "un objectif" à atteindre pour rouvrir l'autoroute et ainsi reprendre le trafic commercial, et a affirmé que les autorités y maintiendront "une forte présence" afin "d'éviter toute autre attaque".

Kazagui a déclaré que la reprise du commerce "dépendra de beaucoup de choses". Je ne peux pas dire si ce sera demain, après-demain ou dans trois jours", principalement en ce qui concerne les questions de sécurité.

Des sources officielles citées par le portail d'information Ndjoni Sango ont confirmé que les troupes gouvernementales se sont également emparées de la ville de Cantonnier, également à la frontière avec le Cameroun, libérant ainsi la route qui relie la capitale à Garoua et Boulaye.

Depuis fin décembre dernier, l'armée est confrontée au PCC, une alliance d'opposition armée qui a rejeté la tenue des élections présidentielles et leurs résultats, ce qui a permis à Faustin-Archange Toudera d'obtenir un second mandat.

 

Vous avez apprécié cet article? Restez informé en adhérant à notre newsletter!

commentaires

Vous devez vous connecter pour publier un commentaire

à propos de l'auteur

Blogueur et passionnée de la Technologie