Coup d'Etat militaire en Birmanie, Aung San Suu Kyi arrêté

Très tôt ce lundi, l’armée à pris le pouvoir en Birmanie par coup d’Etat, déclaré l’Etat d’urgence d’un an et arrêté la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi ainsi que le président de la République Win Myint. Apparemment ils devraient êtres détenus à Naypyidaw, la capitale du pays (Myo Nyunt, porte-parole de la LND) avec plusieurs autres responsables qui ont aussi été interpellés.

L’armée s’est ensuite emparée de l’hôtel de ville de Rangoun, capitale économique du pays, et l’accès à son aéroport international a été bloqué par les militaires et le réseau téléphonique coupé. Des sources fiables revèlent que, plusieurs grandes places abritant d’habitude des manifestations ont aussi été occupés par les militaires.

Pour cause, l’armée accuse la commission électorale birmane de fraude massive au scrutin du 8 novembre dernier où le parti d’Aung San Suu Kyi, la Ligue nationale pour la démocratie (LND), a raflé
396 des 476 sièges au parlement. En effet, ces accusations de fraude massive avaient fait monter la tension ces derniers jours. Vendredi déjà, des manifestations pro-militaires avaient été organisées. “Une soixantaine de camions du parti pro-militaire de l’union pour la solidarité et développement (USDP) ont été vus en train de circuler, avant d’être stoppés par la police”, raconte un diplomate. La veille, des véhicules blindés avaient été aperçus à Rangoun et dans plusieurs autres grandes villes du pays.

Les réactions ne se sont pas fait attendre dans le monde entier notamment, celle d’Antonio Guterres, sécretaire générale de l’ONU a “condamné avec fermeté” l’arrestation d’Aung San Suu Kyi et affirme que “ ces développements portent un coup dur aux réformes démocratiques en Birmanie”.

La France quant à elle, a demandé la libération immédiate et sans condition d’Aung San Suu Kyi dans un communiqué de Jean-Yves le Drian, Ministre des Affaires étrangères. “ La France appelle au strict respect des résultats des élections du 8 novembre et se tient résolument du côté du peuple birman dans sa volonté de démocratie et de liberté exprimée dans les urnes” ajoute-t-il.

Le grand voisin et partnaire économique chinois appelle au maintien de la stabilité politique et sociale.

Vous avez apprécié cet article? Restez informé en adhérant à notre newsletter!

commentaires

Vous devez vous connecter pour publier un commentaire

à propos de l'auteur

Guene Joseph est un rédacteur freelance avec plus de 3 ans d'expérience dans la création de contenu innovant et captivant pour une clientèle variée. Etant également développeur web, infograpiste, maintenancier informatique et juriste privatiste de formation, il jouit d'une polyvalence et d'une ouverture d'esprit qui lui permet de produire à chaque fois une expérience unique. A temps partiel, Guene Joseph est un blogueur et community manager pour le compte de People's Buzz 237, où il apporte sa part de contribution à la culture africaine.