Cameroun : réapparition de la lèpre 20 plus tard

Dimanche, à l'occasion de la Journée mondiale de la lèpre, les autorités sanitaires camerounaises ont déclaré que les infections avaient augmenté d'environ 50 % depuis 2018.  Les patients atteints de la lèpre disent que, tout comme dans l'Antiquité, ils sont fuis et négligés. 

Le Cameroun a annoncé il y a vingt ans qu'il avait éliminé la lèpre, mais environ 200 cas continuent d'être signalés chaque année. 

En 2019, le nombre de cas de cette maladie bactérienne, qui endommage la peau et les nerfs, est passé à 270 et l'année dernière, il a grimpé à plus de 300.   

Ernest Nji Tabah, le secrétaire permanent du Comité national de la lèpre du Cameroun, affirme qu'un certain nombre de districts sanitaires du Cameroun ont signalé des épidémies de cette maladie chronique mais guérissable. 

"Environ 70 nouveaux cas ont été signalés dans le sud-ouest.  Nous avons des points chauds dans des régions comme le Nord, l'Adamawa, le Sud-Ouest, le Nord-Ouest", dit-il. "Les gens pensent que la lèpre est un sort, qu'elle est un châtiment divin, qu'elle est causée par la sorcellerie, qu'elle est héréditaire et ainsi de suite.  La lèpre n'est rien de tout cela". 

Tabah participait à un événement organisé par le groupe d'aide Circle of Friends Cameroon à l'occasion de la Journée mondiale de la lèpre de dimanche. 

Les groupes d'entraide ont distribué de petits cadeaux de nourriture, de savon et d'articles de toilette à 30 patients atteints de la lèpre à l'hôpital de Jamot, à Yaoundé, la capitale du Cameroun. 

Patrice Essolla, 51 ans, dit qu'ils n'ont jamais reçu une telle attention car la plupart des familles ont abandonné des parents atteints de la lèpre. 

Ces derniers ont besoin de plus de soutien parce que la lèpre les a rendus impuissants.  Selon Essolla, les communautés devraient cesser de penser que les lépreux sont des sorciers et des sorcières et, au contraire, leur apporter les soins, le soutien et le réconfort dont ils ont besoin pour se rétablir.  Il dit qu'ils sont pauvres et ont besoin d'aide - et non pas de la torture mentale que certaines familles leur infligent. 

Le Centre pour l'espoir de la Convention baptiste du Cameroun aide à soigner les lépreux dans la ville de Mbingo, au nord-ouest du pays.   

Le chef du département de la lèpre du centre, Fomban Oliver, affirme que le Cameroun a été trop rapide à déclarer la maladie éradiquée.   

Parlant via une application de messagerie, il dit que le Cameroun n'aurait pas dû fermer certains centres de traitement et arrêter l'éducation sur la maladie. 

"Si le gouvernement peut rétablir les centres de traitement, ce sera merveilleux.  Si nous ne le faisons pas, quelque chose d'alarmant va se produire", a-t-il déclaré. "Sur le terrain, il n'y a plus d'inspecteurs ou de superviseurs de la lèpre, ni de contrôleurs de la lèpre.  Même les nouvelles infirmières et les nouveaux médecins qui sont en poste aujourd'hui ne connaissent rien de la lèpre et si rien n'est fait dans un avenir proche, l'augmentation sera alarmante". 

Le fonctionnaire du ministère de la santé chargé de la lèpre à Yaoundé, Dian Ndjock, déclare qu'ils encouragent tous les cas suspects à être amenés dans les hôpitaux.  

Elle affirme que le gouvernement ne négligera jamais la souffrance des lépreux.

Mme Ndjock indique que les patients sont traités et nourris gratuitement dans quatre centres spécialisés et que les personnes atteintes de la maladie peuvent être transportées d'urgence dans l'un des 380 hôpitaux de district du Cameroun.  Elle affirme que les civils doivent mettre fin à la stigmatisation et à l'exclusion sociale des patients atteints de la lèpre. 

Les Nations unies signalent chaque année plus de 200 000 nouveaux cas de lèpre dans le monde, l'Inde, le Brésil et l'Indonésie représentant plus des trois quarts des infections.   

Selon l'Organisation mondiale de la santé, le nombre de cas dans la région africaine a chuté de 42 % depuis l'an 2000, mais environ un million de personnes présentent des handicaps dus à la lèpre.   

Vous avez apprécié cet article? Restez informé en adhérant à notre newsletter!

commentaires

Vous devez vous connecter pour publier un commentaire

à propos de l'auteur

Blogueur et passionnée de la Technologie